Home / LIVE REPORTS / Behemoth + Secret Of The Moon + Mgla – L’Etage (Rennes)

Behemoth + Secret Of The Moon + Mgla – L’Etage (Rennes)

Samedi 22 octobre, direction l’étage de Rennes pour une soirée 100% black metal annoncée sold out par l’organisateur Garmonbozia. L’Europa Blasfemia fait donc une halte dans la capitale Bretonne avec les Polonais de Behemoth, et de Mgla, mais aussi des Allemands de Secret Of The Moon qui font également partie de la tournée.

Il est encore tôt et pourtant il y a déjà beaucoup de monde qui attend patiemment l’ouverture des portes. Une fois à l’intérieur, nous pouvons découvrir un superbe stand de merchandising en grande partie consacré à Behemoth.

mgla

Pour débuter les hostilités, c’est Mgla qui prend possession de la scène. Les Polonais ont choisi pour leur set, une ambiance sombre et mystérieuse qui ne laisse même pas entrevoir leurs visages. Les morceaux s’enchaînent avec brutalité et riffs assassins, le chant est terrifiant et à la fois envoûtant. Les « sans-visages » sont très statiques et ils ne communiquent avec le public qu’au travers de leur répertoire. Étrange, mais efficace.

Photo : Oana Marchis
Photo : Oana Marchis

Premier changement de plateau, le backdrop est installé, et c’est au tour des allemands de Secret Of The Moon de nous montrer leur talent. Les germaniques nous hypnotisent avec une musique lourde et imposante. sG est totalement dans son élément, limite en transe quand il caresse les cordes de sa guitare. V Santura, le bassiste du groupe fait tout pour rallier le public à sa cause et cela fonctionne à merveille. Les teutons ont bénéficié d’une bonne qualité de son pendant leur concert, ce qui n’était pas forcément le cas pour Mgla. C’est mission réussie pour le quatuor qui en étant très proche du public a réussi à le conquérir.

Photo by Maciej Boryna
Photo by Maciej Boryna

Le temps pour les techniciens de tout mettre en place et nous arrivons enfin au moment tant attendu de la soirée. Behemoth arrive sur la scène entouré par des aigles perchés et des micros hors normes dessinant deux serpents de chaque côté avec au milieu des symboles représentant la grandeur du groupe et particulièrement celle de Nergal, notre maître de cérémonie occulte. C’est dans l’obscurité totale que le groupe prend possession des lieux. Nergal, se présente avec deux torches en main, dos à la scène, levant les bras au-dessus de lui pour annoncer le début des hostilités avec « Blow Your Trumpets Gabriel ». Dès les premières notes Behemoth nous transporte dans un univers, qu’on a du mal à décrire, qui mélange agressivité, obscurité et état dépressif. Le combo enchaîne les cinq premiers titres tout comme sur l’album « The Satanist ». Pour Nergal, c’est le moment d’un changement de tenue, il porte désormais un blouson en cuir de la créatrice canadienne Toxic Vision que l’on peut voir dans le clip « Ben Sahar », morceau qu’ils nous interprètent maintenant. Le public connaît l’album par cœur, ça s’entend. Un technicien installe rapidement une plate forme entre la scène à la fosse, et c’est alors que Nergal apparaît au-dessus du public tenant un calice entre ses mains. Il se met à distribuer des hosties à quelques membres de l’assistance avant d’enchaîner avec « In The Absence ». Tout au long du set, le son est de bonne puissance et d’une excellente qualité. Un dernier changement de tenue et le groupe attaque le titre « Father O Satan O Sun » qui clôture la première partie du concert. Pour la suite, les Polonais vont reprendre des titres du début de leur carrière que l’on retrouve sur les précédents albums. Orion, tel une machine de guerre est imposant derrière sa basse et n’hésite pas à nous envoyer des crachats d’eau. Inferno, donne le changement de rythme derrière sa batterie qui surplombe la scène et invite dans cette deuxième partie une personne sortant de nulle part, à l’accompagner derrière les fûts. Seth, les cheveux dans le vent, bouge plus qu’au début du show. Behemoth va mener la vie dure à ses fans pendant toute leur prestation. Le concert se termine en bain de sang sur « Chant For Eschaton 2000 » avec Orion qui nous crache au visage en grande quantité un faux sang plus vrai que nature. C’est un sans-faute pour Behemoth. Le groupe a su captiver une fois de plus son auditoire.

Remerciements à toute l’équipe de Garmonbozia sans qui cette soirée n’aurait pas été possible.

Setlist : Blow Your Trumpets Gabriel / Furor Divinus / Messe Noire / Ora Pro Nobis Lucifer / Amen / The Satanist / Ben Sahar / In the Absence ov Light / O Father O Satan O Sun! (the satanist integral) / Ov Fire and the Void (Evangelion – 2009) / Conquer All (Demigod – 2004) / Pure Evil and Hate (At The Arena Ov Aion – 2008 ) / At the Left Hand ov God (At The Arena Ov Aion – 2008)/ Slaves Shall Serve (Slaves Shall Serve – 2005) / Chant for Eschaton 2000 (Ezkaton – 2008)

behemoth

 

Check Also

Hellfest 2017, jour 3

Troisième et dernier jour du Hellfest 2017. Même si on ne tient plus debout, on voudrait que ...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close