Home / CHRONIQUES / BLAZE BAYLEY – Endure and Survive – Infinite Entanglement part II (Blaze Bayley Recordings)

BLAZE BAYLEY – Endure and Survive – Infinite Entanglement part II (Blaze Bayley Recordings)

C’est en septembre dernier que nous commencions à écrire pour furieux.info et c’est par le biais d’un Live Report et d’une entrevue avec BLAZE BAYLEY que démarrait l’aventure.  Au début mars sortait le neuvième album studio de l’ex-chanteur de WOLFBANE et IRON MAIDEN, « Endure and Survive ». Il s’agit de la deuxième partie de la trilogie « Infinite Entanglement » dont la première avait fait son apparition en mars 2016.

Dans cette histoire, BAYLEY raconte le récit de William Black, un homme qui a accepté, avec l’aide d’un nouveau procédé, de vivre 1000 ans afin de faire un voyage dans l’espace. Dans la première partie, on apprend que Black n’est plus ce qu’il croyait être. Son esprit a été téléchargé dans une machine qu’il pense être une combinaison lui permettant de survivre au long voyage. Tout le premier opus est le questionnement de Black à propos de ce qu’il est réellement. Humain ou machine? Dans le deuxième, on en découvre plus sur le passé sombre du personnage principal ainsi que sur les plans que fomentent ceux qui l’on placé dans cette situation.

Musicalement, « Endure and Survive » est une suite parfaite à « Infinite Entanglement ».  C’est une odyssée où l’ennui n’a pas sa place. Il y a des morceaux qui sont purement metal comme la pièce titre, « Escape Velocity », « Blood », « Fight Back » ou « Destroyer ». Toutefois, Bayley n’a pas peur d’explorer d’autres facettes pour raconter son histoire. « Eating Lies » est beaucoup plus douce, mais il ne s’agit pas d’une ballade. Il n’y a rien de mielleux ou fleurs bleues sur ce disque. Tout est juste et tout sert au récit.

Sur « Remember », le Britannique nous emporte complètement ailleurs. Cette chanson est mélancolique et empreinte d’une sensation de triste réminiscence. Ce n’est pas une composition metal. C’est indéfinissable. Blaze s’y fait accompagné par son comparse des dernières années, le guitariste Tomas Zwijsen. Au départ ce n’est que la guitare acoustique du Flamand et la voix de Bayley. Bientôt se joint un accordéon et plus tard un violon. C’est vraiment un beau morceau.

Avec « Dawn of a Dead Son », nous avons encore le droit à moment fort et empreint d’émotion. Le tout débute avec un chœur qui donne la sensation d’écouter de l’opéra.  Ça se poursuit sur « The World is Turning the Wrong Way ». Elle est construite comme un cercle avec des riffs qui se répètent en boucles. Elle donne vraiment l’impression de « tourner », mais tout est dans le bon sens… Toutefois, ce n’est rien par rapport à la pièce qui clôt ce second volet de la saga. « Together we Can Move the Sun » est absolument magistral. Probablement la meilleure chanson de tout le répertoire de Blaze Bayley. Cette longue composition de plus de 8 minutes est un pan de tragédie. Le duo Bayley et Michelle Sciarotta est parfait. C’est une montée dramatique où l’Anglais étale tout le talent vocal qu’il possède. Sa voix est chaude, profonde et elle fait passer une tonne d’émotions désespérées.

La réalisation de l’album est excellente. Bayley a vraiment mis le paquet. La continuité fonctionne admirablement bien. Tout comme pour la première partie de trilogie, Blaze a collaboré avec Chris Appleton pour composer presque tous les morceaux et Michelle Sciatotta, elle aussi, participe à l’écriture. On ne peut pas dire si « Endure and Survive » est meilleur qu’« Infinite Entanglement ». Ce serait un peu comme nous demander lequel de nos fils nous préférons. Les deux albums fonctionnent ensemble et s’imbriquent de façon fluide. Il est très agréable de les écouter l’un après l’autre. Oui, le son et le mix sont meilleurs, mais n’empêche que la différence n’est pas choquante.

Blaze Bayley se considère lui-même comme un chanteur professionnel. Ce que nous croyons comme étant très modeste. Il terminera sa saga de science-fiction l’an prochain. Le premier est sorti en mars 2016, le deuxième en mars 2017 (comme il l’avait promis) et le dernier paraîtra en mars 2018. Nous sommes vraiment impatients d’entendre la fin cette odyssée. Avec ce travail, Bayley démontre qu’il est plus qu’un chanteur professionnel; il est un véritable artiste.

STEEVE LAPOINTE

Correspondant Montréalais

Track Listing

Endure and Survive (4:27)

Escape Velocity (3:27)

Blood (4:41)

Eating Lies (4:48)

Destroyer (4:30)

Dawn of the Dead Son (5:19)

Remember (3:58)

Fight Back (3:25)

The World is Turning the Wrong Way (4:35)

Together we Can move the Sun (8:14)

***************

Musiciens de l’Album

Blaze Bayley – Voix, Composition (toutes les pièces), Acteur (Voix)

Chris Appleton – Guitare, Back Vocal, Chœur, Compostion (toutes les pièces sauf « Remember »)

Tomas Zwiljsen – Guitare acoustique

Michelle Sciarotta – Guitare Accoustique, Composition (« Escape Velocity », « Remember », « Fight Back », « Together we Can Move the Sun »)Back Vocal, Chœur, Actrice (Voix)

Karl Scrhramm – Basse, Back Vocal, Chœur

Martin McNee – Batterie, Percussions

Anne Bakker – Violon, Back Vocal

Corvin Bahn – Accordéon

Johanne Robinson – Back Vocal, Chœur

Luke Appleton – Back Vocal, Chœur

Mel Adams – Back Vocal, Chœur

Liz Owne – Back Vocal

Aine Brewer – Actrice (Voix)

Rob Toogood – Acteur (Voix)

>Site web : BLAZE BAYLEY<

>Facebook : BLAZE BAYLEY<

Check Also

ANCIENT ASCENDANT – Rise The Torch (Candlelight / Spinfarm Records)

Ancient Ascendant est un quatuor britannique de Black et de Death Metal qui injecte dans ...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close