Home / INTERVIEWS / Danko Jones : L’interview « Wild Cat »

Danko Jones : L’interview « Wild Cat »

Parmi les grands noms du Rock actuel, on peut citer Danko Jones ! John Calabrese, bassiste de la formation Canadienne, nous donne plus de détails sur la sortie de « Wild Cat », 8e album studio du groupe, le 3 mars prochain via AFM Records.

  • Le groupe porte le nom du chanteur. Ça ne gêne pas les autres membres de la formation ?

C’est comme Bon Jovi. Je suis Richie Sambora ! (rires). Nous l’avons décidé comme ça. De même que nous avons fait le choix du power trio à l’image de Motörhead. C’est la formation idéale. Musicalement c’est très fort je trouve.

  • Tu es là aujourd’hui pour la sortie du 8e album. Vous sortez un album tous les deux ans, c’est un rythme assez rapide.

Oui c’est le rythme du rock qui est comme ça. Nous réalisons un album puis nous faisons une tournée pendant plus d’une année et ainsi de suite.

  • Vous travaillez de nouveau avec le producteur Eric Ratz ayant déjà participé à la conception de « Fire Music« . C’était une évidence pour vous de retravailler avec lui ?

Pour ce nouvel album c’est la première fois que nous avons utilisé les mêmes studios que pour le précédent, au Canada avec Eric Kratz. Nous avions déjà travaillé avec lui pour les premiers enregistrements et puis les années ont passé, un jour je le croise dans un bar et il me dit que nous devrions faire un album ensemble.

  • Qu’est-ce qu’il apporte à l’album ?

Il aime la musique rock. C’est plus qu’un producteur, c’est un ingénieur du son d’une aide précieuse.

  • Sans chercher trop à vous influencer ?

Quand nous arrivons en studio, nous avons déjà fait beaucoup de pré-production les morceaux ont déjà été très travaillés. Nous devons enregistrer en quatre jours donc tout est travaillé avant, on ne change pas les compos en studio.

  • Votre précédent album, « Fire Music » a été l’un des grands succès de votre carrière. Que se dit-on lorsqu’on obtient ce large succès pour son septième album studio ? Peu de formations y arrivent.

Nous avons utilisé un peu les mêmes recettes avec « Wild Cat » avec le choix d’Eric pour l’enregistrement. Ce n’est pas le même album bien évidemment mais il a la même base. « Fire Music » était plus agressif. « Wild Cat » est plus rock. Des chansons comme « You are my woman » appartiennent à un registre de rock plus « classique »

  • C’est mon coup de cœur de l’album !

C’est ma préférée aussi parce que c’est notre première chanson d’amour (rires) et aussi une chanson pour dire notre amour de Thin Lizzy. Tous les gens qui ont écouté l’album disent que c’est leur chanson préférée. Je pense que ce sera le 2e single.

DANKO JONES/ Toronto. December 2, 2016. Photo by Dustin Rabin
  • Vous avez plusieurs influences musicales, le punk, le blues, le heavy metal, la soul, ce n’est pas difficile de mélanger tout ça ?

Non ce n’est pas difficile. Nous écoutons tous les styles de musique. Ecouter un seul style de musique c’est comme manger tous les jours des pâtes (rires).

  • Vous écoutez tous les 3 la même musique ou chacun a un registre privilégié qui permet ce mélange pour le groupe ?

Nous écoutons beaucoup de musique parce qu’à la base nous sommes fans de la musique. C’est fondamental. Si tu n’es pas fan de musique pourquoi vas tu faire ce travail ? Mais je peux aimer quelque chose que Danko n’aimera pas.

  • Tu as découvert le rock à quel âge et avec quels groupes ?

Petit, j’ai découvert les disques de Kiss et je me suis dit « wouah!,  c’est comme les supers héros ! »

  • Il y a un aspect plus brut sur ce nouvel album, déjà palpable sur « Fire Music ». C’est Eric Ratz (le producteur) qui vous a incité à explorer ce côté sombre qu’il y a en vous ?

Non c’est nous qui décidons. Pour « Fire music » nous avons traversé une période de notre vie qui nécessitait de faire un album plus agressif. « Wild cat » c’est plus rock, c’est un album plus positif, plus divertissant. De toutes façons nous cherchons avant tout à divertir. Nous ne sommes pas un groupe engagé, nous ne parlons pas de politique, du monde. C’est important pour nous de rester positifs et de donner de bonnes vibrations.

  • Un de vos sujets de prédilection, c’est les femmes manifestement. Certains titres du nouvel album sont assez évocateurs : « You are my woman », « Success in bed », « She likes it »,  « Do this everynight «  (rires). Qui est responsable de l’écriture ?

C’est Danko. Il y a de l’humour dans nos chansons, ce n’est pas sérieux. Rock et sérieux pour moi ça ne va pas ensemble.

  • Pendant de nombreuses années, on a pu entendre dans certains médias que le Rock ‘N’ Roll était affaibli en raison notamment de l’évolution de la musique et de sa consommation. Ces dernières années des groupes tels que le vôtre, ou encore les succès de Airbourne ou Volbeat démontrent le contraire. Ressentez-vous ce regain d’intérêt pour le Rock ‘N’ Roll ?

Le rock’n’roll va rester. C’est cyclique. Un style de musique va avoir du succès puis être supplanté par d’autres puis revenir. Mais depuis 20 ans que le groupe existe nous avons connu une carrière constante, sans creux.

  • Où est-ce qu’on vous écoute le plus ?

Nous avons du succès essentiellement en Europe, beaucoup plus qu’au Canada.

  • Que symbolise le chat de « Wild Cat » pour vous ?

Nous connaissons un artiste à Barcelone qui a lu les titres de l’album et a été inspiré par le titre « Wild Cat » pour dessiner la pochette, tout simplement. Et ce titre a donné son nom à l’album. Les meilleures choses sont les plus simples.

  • Les titres sont retravaillés pour la scène ?

Non. Nous les enregistrons de la façon dont les nous jouerons sur scène. Le problème c’est que nous avons beaucoup de chansons et ça devient difficile de faire la set-list.

  • Une grande tournée s’annonce pour défendre « Wild Cat ». Hâte de voir les réactions du public sur vos nouveaux titres ?

Nous allons jouer sur scène seulement 3 ou 4 nouveaux titres parce que nous avons beaucoup d’autres titres. J’espère qu’il y aura « You’re my woman » (rires).

  • Le public Européen est-il différent du public Canadien ?

Le public européen est beaucoup plus ouvert à tous les styles de musique. Je pense que c’est lié à tous les festivals organisés en Europe. Dans un festival tu peux écouter des styles de musique différents.

  • Vous allez jouer au Hellfest ?

Je ne sais pas. J’espère. Nous y avons déjà joué trois fois, c’est fabuleux, un des meilleurs festivals en Europe.

  • Un dernier mot pour nos lecteurs ?

Nous espérons que le public français viendra nous voir en concert.

—————————————————————————————————————————————————

Merci à John et à Roger Wessier pour cette charmante demi-heure !

Cat

Retrouvez Danko Jones sur scène le jeudi 30 mars 2017 à la Maroquinerie (Paris).

 

Check Also

[Interview] : Superscream au Black Dog (Paris)

Le 29 mai au Black Dog (Paris), Furieux a pu poser quelques questions à Phil, ...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close