Du sang, du rhum et un tank au Stéréolux (Nantes)

Invasion le 24 Février 2016 à Nantes. Le décors est planté : un tank au fond de la scène, partiellement caché par une toile militaire. Une première troupe qui sort des enfers (Bloodbound), suivie par une horde de pirates en basket (Alestorm), pour finir sur la troisième vague, en treillis et gilet pare-balles (Sabaton). De 20h à minuit, le public du Stéréolux a traversé les époques. Retour sur une soirée mémorable

Sabaton Heroes

Les suédois de Bloodbound ouvrent le bal à 20h. Une petite demi-heure seulement pour découvrir un son entre heavy et power (proche de Hammerfall par moments), ainsi qu’un chanteur avec de surprenantes petites cornes, dans le thème de la pochette de leur dernier album : Stormborn. On retrouve des rythmes énergiques qui rappellent la tête d’affiche de la soirée, et une vague influence de Powerwolf sur les mélodies. Les lumières sont rouges, le public clairsemé (chacun fait le plein au bar avant Alestorm), difficile d’entrer dans l’univers épique du groupe en si peu de temps.

La transition avec Alestorm est abrupte. Les écossais ont 50 minutes devant eux, et ils démarrent fort avec Keelhauled. L’hymne entraînant vous ferait presque renverser votre bière. Le public est plutôt jeune et les pogos plus énergiques que précédemment. « La prochaine chanson ne parlera pas de tank. Eh non, mauvais groupe ! » plaisante Christopher Bowes (chant et clavier) en désignant la silhouette du panzer au fond de la scène. Ils enchaînent avec Over the Seas (effectivement, il n’y a pas de char d’assaut en mer), et avant d’envoyer la suite Chris nous confirme dans un petit aparté qu’il est enrhumé. Et c’est vrai qu’entre deux toux, sa voix s’éraille parfois jusqu’à se perdre, notamment sur le refrain de Magnetic North puis de Nancy The Tavern Wench. Ce sera le seul bémol du concert.

Et pour ceux qui n’avaient pas fait attention au décors ni aux vêtements des musiciens, Chris a encore un petit mot à dire là-dessus. « Vous avez sûrement remarqué les dessins de petits canards, les bananes sur la batterie, les hot-dogs, nos t-shirts avec des chiens, etc. Il y a 15 jours, on a pété un cable, et on a changé tous nos décors d’avant pour ça. Et comme on les a toujours, c’est qu’on doit être un peu fêlés encore. »

« Ce soir, nous ne sommes pas venus nous moquer du vin français, ni du fromage français, qu’on peut d’ailleurs mélanger ensemble et se tartiner sur le visage… Ce soir, we are here to drink your beer ! »

« Ce soir, nous ne sommes pas venus nous moquer du vin français, ni du fromage français, qu’on peut d’ailleurs mélanger ensemble et se tartiner sur le visage… Ce soir, we are here to drink your beer ! »

« Êtes-vous prêts pour une ultime bataille ? »

Le groupe conclut avec l’électrisant 1741 (The Battle of Cartagena), puis par Rum, où le second claviériste prend le micro à la place de Chris. Mais après ce final intense où la soif se fait sentir, la salle ne désemplit pas. Tout le monde attend les « Heroes » de la soirée, Sabaton. (Heroes, c’est le nom de leur dernier album, qui parle notamment des guerres du XXe siècle).

Le public patiente le quart d’heure réglementaire avant de s’agiter. « Sabaton ! Sabaton ! » Les caméramen d’Enôrme TV sont déjà sur la scène, et captent ces instants. Le show sera diffusé sur la webtélé le 7 avril 2016 à 20h50. Et ça, ils le savent nos suédois, leur show sera rôdé à la perfection ce soir. La brume s’installe sur scène, les phares du tank s’éclairent. Et le classique Final Countdown d’Europe annonce leur entrée sur scène. Pour un public qui n’a pas l’habitude, voir Sabaton sur scène c’est découvrir un groupe heureux d’être là, qui se donne à fond. On pense notamment au chanteur Joakim Brodén, toujours à courir, à sauter, et à prendre des poses surprenantes. Mais aujourd’hui est un jour spécial, car le groupe promet de chanter de vieilles chansons qu’ils n’ont plus jouées depuis longtemps. Coat of Arms, The March of War, ou encore Resist and Bite.

Des fans tendent aux membres du groupe un drapeau tricolore « Sabaton French Division », et Joakim de s’exclamer « On va rendre notre tank français pour aujourd’hui ! » Le drapeau est posé avec fierté sur le bestiau. Lors de ce concert, il y a eu quelques autres moments forts, comme lorsque les guitaristes virent gentiment Joakim de la scène et chantent seuls Gott Mit Uns, ou quand l’un d’eux entame l’intro de Swedish Pagan. « Mais on avait dit qu’on ne la jouerait pas lors de cette tournée », proteste Joakim, au grand dam de la foule en délire. « J’ai menti », répond, mutin, le guitariste. Et la chanson démarre. Le sketch est évident, mais ce jeu avec le public est galvanisant.

Et puis vient l’heure de la « surprise » préparée par les fans français pour le groupe. Depuis plusieurs mois déjà, un groupe Facebook et des tracts prévoyaient de rendre le show nantais mémorable pour les suédois. Avant Primo Victoria, Joakim a pour habitude de demander au public « allez-vous chanter avec nous ? Allez-vous sauter avec nous ? », et un groupe de fans avait prévu de répondre « NO » à la seconde question. Et lorsque ce moment arrive, il semble en effet plutôt pris au dépourvu. Mais la musique démarre, et il se contente de secouer la tête, hilare. Pour certains fans, la surprise n’aura donc pas eu l’effet escompté.

Le concert se termine avec un court slam de Joakim dans les premiers rangs, après qu’il ait remercié la sécu pour avoir rattrapé tous les slammeurs. Délicate attention, car c’est plutôt rare d’entendre ce genre de remerciement de la part de grands groupes. La bataille s’achève donc, les oreilles bourdonnent, les gorges sont sèches. Encore ébahis par cette soirée intense, on sent qu’il va nous en falloir du temps pour s’en remettre. Les chanceux pourront revoir Sabaton au Download Festival à Paris, le weekend du 12 juin 2016. Et pour les autres, reste à attendre la diffusion du concert sur Enôrme TV.

Check Also

Hellfest 2017, jour 3

Troisième et dernier jour du Hellfest 2017. Même si on ne tient plus debout, on voudrait que ...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close