Home / CHRONIQUES / HAVOK – Conformicide (Century Media) 

HAVOK – Conformicide (Century Media) 

C’est un 4e album studio que nous offre HAVOK, la formation thrash de Denver au Colorado. Avec « Conformicide », les Américains ne cherchent pas à réinventer la roue. Ils veulent simplement la perfectionner quelque peu et lui donner une impulsion qui leur est propre.

Nous avions déjà eu un bon aperçu de ce que nous réservait le nouveau brûlot des thrashers. Ce n’est pas moins que 4 extraits qu’ils avaient fait paraître avant la sortie officielle de l’album. Toutefois, il nous restait tout de même 60% des titres à découvrir.

Le tout débute avec « F.P.C. » C’est une abréviation pour Fuck Political Correctness. Ce qui nous amène à parler d’entrée de jeu des thèmes de l’album ou plutôt du thème de l’album. HAVOK fait dans la critique sociale de façon brutale et peu subtile. Nous pourrions même dire puérile. Ça sent la révolte adolescente à plein nez. Les 10 morceaux sont tous une critique du système. Du système américain majoritairement et le fait que le tout ait  été composé pendant la course présidentielle est très tangible. Ni Trump, ni Clinton ne  sont proprement nommés, mais les références ne mentent pas. Si l’on revient au morceau initial qui s’en prend à la rectitude politique, avec l’élection de Donald, elle n’est plus du tout d’actualité et c’est ainsi un  coup d’épée dans l’eau pour le groupe. Toutefois, musicalement, c’est une excellente mise en bouche.

 « Hang ‘Em High », la suivante était dans les premiers extraits disponibles et elle nous était donc connue. Elle nous permet cependant d’accentuer l’une des grandes différences entre « Unnnatural Selection », leur précédente galette et cette nouvelle fournée. « Conformicide » est beaucoup plus groovy. Quand  « Hang ‘Em High » se met en branle, c’est une avec une lick de basse qui ne serait pas anormale de la part de Flea dans une chanson de RED HOT CHILI PEPPERHAVOK accueille un nouveau membre en la personne de Nick Schendzielos, un bassiste qui a déjà ses lettres de noblesse. Majoritairement, c’est cet important ajout qui contribue à cet aspect beaucoup plus swingnant. Pour avoir vu le bonhomme en spectacle il y a un peu plus d’un mois, nous pouvons vous confirmer qu’il livre la marchandise. C’est une véritable bête et il maîtrise son instrument à la perfection. Notons que le mec ne chôme pas, car il fait aussi partie de  deux autres formations, soit CEPHALIC CARNAGE et JOB FOR A COWBOY.

 La post-intro et la pré-outro de « Dogmaniacal » sont hyper tranchantes et agréables à souhait. Le reste du morceau est bien, mais ce sont vraiment ces parenthèses qui font la différence.  Quant à elle, « Intention to Deceive » embraye avec un faux lecteur de nouvelles qui explique aux auditeurs qu’ils traiteront au bulletin de sujets insignifiants pour les détourner des véritables problèmes importants. À notre humble avis, c’est probablement la plus aboutie du disque. Il y a vraiment de tout pour faire plaisir à l’amateur thrash : de la vitesse, des moments plus lents et pesants, un refrain en chœur et  des riffs qui font headbanger. C’est la même recette que va reprendre plus loin sur le disque « Masterplan » avec une longue intro dramatique en ajout.

Le reste des pièces est de bonne qualité. « Ingsoc » offre un titre un peu foireux qui au final signifie Ingnorant Society. Idem avec « Peace in Pieces » qui aurait pu être sans mal imaginée par notre fils de 12 ans.

La chanson de fermeture, « Circling the Drain » est longue et la voix de David Sanchez explore une autre avenue. La plupart du temps le guitariste chanteur demeure dans un registre que nous pourrions qualifier  de cri de gorge avec un accent nasillard. Toutefois, sur la finale de l’album, il s’exécute, en grande partie, de façon clean. La référence sera sans doute fort obscure, mais cela nous rappelle du ANGEL WITCH et plus particulière la chanson « Angel of Death ». Ne confondez pas avec celle de SLAYERANGEL WITCH a écrit cette composition avant que le célèbre groupe de Californie ne fasse paraître la leur sur « Reign in Blood ». Bref, il s’agit d’une tombée de rideau intéressante et audacieuse pour les thrashers du Colorado.

En conclusion, « Conformicide » a beaucoup de qualités. D’abord , la réalisation est excessivement léchée et « Unnatural Selection » ne fait le poids en comparaison. Par contre, il n’y a pas de chansons aussi bonnes que l’étaient « Chasing the Edge » et « Worse than War ».

Ensuite, toutes les pièces ont bel et bien leur place. Il n’y a pas de surplus à jeter et les gars du Colorado ne sont pas tombés dans l’excès. Les musiciens sont chevronnés et David Sanchez mène la charge de main de maître. C’est d’ailleurs le cœur du groupe et seul membre fondateur qui est toujours dans la formation. Quelques bémols toutefois. Comme vous l’avez sans doute compris, les sujets sont un peu redondants et traités grossièrement. C’est bien de faire de la musique engagée, mais encore faut-il l’être également dans la vie. HAVOK n’est pas RAGE AGAINST THE MACHINE.

Finalement, même si nous avons vanté les mérites du bassiste précédemment aussi bien sur album qu’en Live, l’auteur de ces lignes préfère de très loin quand les bassistes de groupes thrash jouent de leur instrument avec un plectre. Ça peut paraître stupide, mais c’est comme ça. Rien ne fait claquer une corde neuve comme un bon vieux « pic » dans un morceau thrash. Ce sujet est vaste et fera peut-être l’objet d’un article dans la section Magazine du site. Sait-on jamais.

Rappelons qu’HAVOK sera bientôt dans votre pays. Ils font 3 dates en France : le 24 avril à Nantes, le 25 avril à Bordeaux et le 29 avril à Paris. Comme nous l’avons affirmé dans notre Live Report, c’est un groupe qu’il faut absolument voir en spectacle!

 

STEEVE LAPOINTE

Correspondant Montréalais

 

Track Listing

F.P.C.

Hang ‘Em High

Dogmaniacal

Intention to Deceive

Ingsoc

Masterplan

Peace in Pieces

Claiming Certainty

Wake Up

Circling the Drain

 **************

Membres de la Formation

David Sanchez – Chant, Guitare Ryhtmique (depuis 2004)

Reece Scruggs – Lead Guitare (depuis 2010)

Pete Webber – Batterie (depuis 2010)

Nick Schendzielos – Basse (depuis 2015)

>Site web : HAVOK<

>Facebook : HAVOK<

Check Also

ALESTORM – No Grave But The Sea

Ahoy ! Tout juste après la sortie du dernier volet de Pirates des Caraïbes au ...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close