Home / INTERVIEWS / Rencontre avec Bruno Pélican, fondateur de Furieux.

Rencontre avec Bruno Pélican, fondateur de Furieux.

Il y a peu, ce webzine fêtait sa première année d’existence : des milliers d’heures d’écoute et de kilomètres parcourus pour des centaines de rencontres parmi lesquelles certaines qui marquent à jamais. C’est l’occasion pour nous de vous présenter Bruno Pélican, fondateur de ce média métallique.

Par Lily.

13466161_1121625537897419_9131722736816812902_n

Photo : Cat Photographie.

Bonjour Bruno, Furieux a un an ! Quelle a été la genèse du webzine ? Il a été fondé en partant de quel constat ?

Le metal et ses dérivés ne sont pas mis en avant par les grands médias comme le sont les autres styles musicaux. Cela vient peut être du fait de l’image provocante que véhicule notre musique et tout cela entraîne un certain nombre de préjugés que l’on peux entendre sur les metalleux. La communauté metalleuse doit se débrouiller pour faire circuler l’information soit par la presse papier spécialisée soit par les nombreux webzines qui ont vu le jour ou via les réseaux sociaux. Chaque maillon est nécessaire pour faire connaître le metal. En 2015, j’étais accrédité comme photographe sur le Motocultor pour un site d’actualité sur la Bretagne. Avec ce site j’étais limité à parler uniquement de ce qui se passait en Bretagne et comme c’était un site d’info généraliste je ne pouvais pas non plus l’inonder de metal. D’où une certaine frustration de ne pas pouvoir en faire plus pour la musique que j’écoute. C’est donc suite au festival que le déclic s’est fait. Je me suis dit que moi aussi je pouvais être un maillon de cette chaîne et devenir un acteur de cette scène. Rapidement j’ai crée l’ossature du site tout seul dans mon coin. Ensuite je me suis dit que tout cela était bien joli mais que maintenant il fallait le remplir et le faire vivre. A ce moment là je me suis rendu compte du boulot que ça demandait et que tout seul je n’y arriverais jamais. J’ai donc commencé à recruter des rédacteurs.

Qu’est-ce qui différencie Furieux d’un autre webzine Metal ?

Certains webzines sont spécialisés dans seulement quelques styles de metal. Furieux traite toutes les variantes. De plus nous essayons d’attacher une grande importance à la qualité rédactionnelle et aussi à la qualité des photos que nous ramenons des concerts.

Quels ont été les temps forts du webzine pendant cette première année ?

Cette première année à été une période de lancement. On a du se faire connaître auprès de tout le monde, que ça soit des lecteurs mais aussi des professionnels. Certaines personnes nous ont directement contactées comme Roger Wessier de Réplica Promotion qui a entendu parler de nous par l’intermédiaire d’un autre photographe. Il faut dire que Roger nous donne pas mal de contenu pour le site et il nous permet de rencontrer pas mal d’artistes en interviews comme par exemple Amon Amarth ou Sabaton. Coté festivals on a aussi eu la chance de pouvoir couvrir le Hellfest et le Motocultor.

De manière plus personnelle, quel est ton parcours à toi au sein de la scène Metal ? Comment es-tu « tombé dedans » ? Quelles sont tes affinités musicales ?

Je suis tombé dedans en 1982 en allant faire les courses avec mes parents. Ils m’ont acheté une cassette audio (Pour les plus jeunes qui ne savent pas ce qu’est une cassette audio, Google est votre ami ou alors demandez à vos parents). Et j’ai donc choisi, un peu au hasard je l’avoue, l’album « Warning II » du groupe Warning. Au retour dans la voiture, j’ai demandé de mettre la cassette dans l’autoradio et là ça été une révélation, une évidence dès les premières notes, que cette musique était faite pour moi. Au même moment mes parents se sont regardés. Un regard qui disait un truc du genre : « Ça y est, on est en train de le perdre ! ».

Par la suite je me suis mis à écouter pas mal de choses et pas que du metal. Du punk et du rock en tout genre. Mais je dois le reconnaître que c’est dans le metal que je me sens le mieux. La scène metal a évolué et moi avec. Les différents styles se sont multipliés et aujourd’hui j’écoute un peu de tout mais les styles que j’affectionne le plus sont le Death, le Black et le Thrash Metal. Un peu de Pagan, de Viking ou de Folk Metal de temps en temps ça ne fait pas de mal. Concernant mes groupes préférés je ne pourrais pas tous les citer tant il y en a. Mais dans le désordre je dirais : Fleshgod Apocalypse, Grave, Dark Funeral, Mayhem, The Black Dahlia Murder, Amon Amarth, Slayer, Anthrax, Lost Society, Sepultura, Carcass, Machine Head, Varg, Watain, etc…

Je dois tout de même ajouter une chose à mon parcours. Je suis allé à un concert de l’association Destrock qui organise des concerts de metal sur Brest. Et j’ai demandé si je pouvais faire des photos. De fil en aiguille, je suis devenu membre de cette asso en tant que photographe. Au sein de cette asso, ou règne un excellent esprit, j’ai pu découvrir des groupes méconnus et surtout une équipe fort sympathique qui ne se prend pas la tête.

11885061_894173763986849_1599065327083485024_n

Photo : Lykh’Arts.

Quels sont tes meilleurs souvenirs de spectateur ? De photographe de concerts ?

Cette année j’ai eu la chance de voir par deux fois Fleshgod Apocalypse en concert (au Hellfest et au Motocultor) et je dois dire que à chaque fois ça a été une petite baffe. Déjà j’ai adoré leur dernier album, mais sur scène il prend une toute autre dimension par la mise en scène et les costumes des artistes. C’est pour moi, une très belle découverte et c’est un groupe que je vais continuer de suivre attentivement.

Même si j’adore le metal, je ne fais pas que des photos de concerts de metal. Et ma plus grosse claque visuelle, elle vient du concert qu’a donné Shaka Ponk à l’Arena de Brest. A ce niveau là on n’appelle plus ça un concert, c’est plutôt un show musical où tu en prends plein la vue et où le temps paraît super court tant les musiciens arrivent à te faire entrer dans leur univers. C’était une soirée inoubliable.

Des envies ou des objectifs pour la suite de Furieux ?

Nous allons poursuivre notre chemin au gré des opportunités qui vont se présenter et continuer également à faire connaître le site. L’équipe va devoir aussi s’étoffer pour pouvoir offrir aux lecteurs encore plus de contenu. Et si nous sommes assez nombreux pourquoi ne pas sortir un peu du contexte musical, tout en restant dans notre domaine qu’est le metal, en parlant de la vie du metalhead en général, en couvrant les conventions de tatouage, etc…

Ton rêve le plus fou concernant tes activités musicales ?

Être contacté par un grand groupe pour partir avec eux en tournée en temps que photographe. Pouvoir les suivre partout et de cette façon faire découvrir le groupe de l’intérieur à son public par le biais de photos et pourquoi pas un roadbook. Il faut avouer que partir en tournée à bord d’Ed Force One ça serait quand même la classe …

Pour terminer, j’aimerais remercier tous les groupes, labels, festivals, attachés de presse, organisateurs de concerts pour leur confiance durant cette première année. Et surtout un énorme merci à toute l’équipe de Furieux pour son travail. Sans elle, ce webzine n’existerait pas.

Check Also

Interview du groupe de Metal Extreme Symphonique Akroma

Rencontre avec les membres du groupe Akroma, Matthieu Morand (guitare, orchestrations),  Alain « Bob » Germonville ...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close