Home / CHRONIQUES / KREATOR – Gods of Violence (Nuclear Blast)

KREATOR – Gods of Violence (Nuclear Blast)

Le groupe allemand KREATOR existe depuis le milieu des années 80’. Tout comme leurs compatriotes de SODOM et DESTRUCTION, il s’agit d’un des bands thrash les plus influents, non seulement de leur contrée, mais également de tout le paysage metal.  Après s’être cherchée pendant une quinzaine d’années, c’est avec l’album « Violent Revolution » que la formation a véritablement trouvé un son et une empreinte bien à elle. Au risque de se faire krucifier par les fans, l’auteur de ses lignes croit sincèrement que beaucoup trop souvent dans le passé KREATOR cherchait à imiter SLAYER. Après une décennie 90’ très difficile où leurs expérimentations n’ont pas donné de fameux résultats, c’est avec le nouveau millénaire qu’ils sont définitivement nés en nous offrant « Violent Revolution », « Enemy of God », « Hordes of Chaos », « Phantom Antichrist » et maintenant « Gods of Violence ».

En 2012, « Phantom Antichrist » nous avait littéralement jeté sur le cul. Après « Hordes of Chaos » qui sans être exceptionnel était tout de même très potable, nous considérions que « Phantom Antichrist » était la réalisation la plus aboutie de la carrière des Allemands. Après une telle affirmation, vous comprendrez que « Gods of Violence » allait avoir de la difficulté à nous impressionner…

L’album s’ouvre avec une courte pièce instrumentale en guise d’introduction. Ce qui est maintenant devenu, depuis « Hordes of Chaos », une habitude. C’est une marche militaire extrêmement dramatique. Judicieusement nommée « Apocalypticon », elle met en appétit et dès que « World War Now » débute on comprend que les Allemands ont voulu nous concocter une trame qui pourrait être digne d’accompagner la Fin du Monde. Sans être très originale dans le répertoire des Teutons, elle est tout de même comme un bon coup de poing en pleine figure. La suivante enchaîne avec des cloches qui pourraient aisément annoncer le Jugement Dernier et avec un titre tel « Satan is Real » ça fonctionne à merveille. Elle est beaucoup plus lente et plus lourde que la précédente. Le jeu de pieds de Ventor dès le départ donne le ton ainsi qu’une immédiate envie irrésistible d’headbanger. Le tout est très mélodique et le refrain est très chantant. De plus, il y a un appui orchestral bien placé et bien dosé. Superbe réalisation.

Après ce morceau plus lent, on remet la gomme pour « Totalitarian Terror ». C’est rapide et thrash à souhait. Toutefois, le préchorus est très beau et lui aussi mélodique. Ce dernier mot est vraiment à l’image de ce qu’est maintenant KREATOR. C’est doux et brutal à la fois. « Gods of Violence » se met d’ailleurs en branle avec de la guitare acoustique et le tout est baigné de mysticisme oriental. Dès que le chœur entonne « We Shall Kill! We Shall Kill! We Shall Kill! », on a immédiatement la tentation de lever le poing ou les cornes en l’air.

Photo : Robert Eikelpoth

« Army of Storms », « Hail to the Hordes », « Fallen Brother » et « Side by Side » ont toutes des refrains extrêmement accrocheurs, des riffs puissants et une panoplie de variations. Parfois c’est rapide. Parfois c’est lent. Parfois la batterie est mise de l’avant. Parfois les guitares s’éclatent sur des envolées déchaînées et lyriques. Inlassablement, la voix de Mille Petrozza vocifère des paroles de mort, de guerre et de désolation. Et, chose certaine, c’est toujours hyper captivant et vibrant.

Une mention spéciale à « Lion with Eagle Wings » et son introduction au xylophone; ce qui donne l’impression d’une berceuse pour enfants. Mais assez rapidement le tout se transforme en matériel pour adultes. Encore une fois, KREATOR nous démontre qu’ils sont devenus des experts pour entrecroiser la violence et la beauté.

C’est avec « Death Becomes my Light » que l’album se clôt. Une longue pièce où pour la seule fois du disque Petrozza chante véritablement. C’est mélancolique et désespéré à souhait. Le début et la fin de la chanson forment les deux courbes d’une curieuse parenthèse qui pourrait être d’un cotton qui enlevelopperaie un produit dangereux et virulent. Ça termine l’opus tout en beauté.

Le dernier album de KREATOR est un incontournable. Les fans du groupe seront, à n’en pas douter aux anges – même s’il s’agit plutôt d’un contenu fort diabolique! Pour les autres qui ne connaissent pas cette formation ou qui ne sont tout simplement pas très familier avec leur matériel, on ne serait mieux vous recommander chaleureusement « Gods of Violence ». Il n’a pas l’impact de « Phantom Antichrist » et ne comporte pas de pièces aussi percutantes que « From Flood into Fire », « United in Hate » ou « The Few, The Proud, The Broken », mais nous le plaçons comme la seconde meilleure réalisation de l’ensemble allemand. Écoutez leur musique et allez les voir en spectacle, car en live, KREATOR c’est d’la Bombe!

Track Listing

Apocalypticon (1:06)

World War Now (4:28)

Satan is Real (4:38)

Totalitarian Terror (4:45)

Gods of Violence (5:51)

Army of Storms (5:09)

Hail to the Hordes (4:02)

Lion with Eagle Wings (5:22)

Fallen Brother (4:37)

Side by Side (4:19)

Death Becomes my Light (7:26)

 

************************

 

Membres Actuels

Miland « Mille » Petrozza – Chant, Guitare (depuis 1984)

Jürgen « Ventor » Reil – Batterie, Voix (1984-1994, depuis 1996)

Christian « Speesy » Giesler – Basse (depuis 1994)

Sami Yil-Sirniö – Guitare (depuis 2001)

>Site web : Kreator<

>Facebook : Kreator<

 

Check Also

LIV SIN – FOLLOW ME (Despotz Records) 

En 2015, le groupe SISTER SIN annonce que c’est maintenant terminé et les membres mettent ...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close