Home / CHRONIQUES / LIV SIN – FOLLOW ME (Despotz Records) 

LIV SIN – FOLLOW ME (Despotz Records) 

En 2015, le groupe SISTER SIN annonce que c’est maintenant terminé et les membres mettent fin aux activités de la formation. Cet ensemble suédois existait depuis 2002 et avait à son tableau 5 albums studios et un live. Le genre qu’ils préconisaient était un hard rock aux tendances metals. Une musique simple et très efficace. La voix de la chanteuse Liv Jagrell qui pouvait être douce, mais également mordante donnait beaucoup de personnalité à leurs morceaux. C’est peu de temps après la sortie de « Chaos Royal » que le tout s’achevait. C’était fort  dommage, car nous apprécions beaucoup leur musique.

Toutefois, même si ses comparses avaient décidé de ne plus continuer, Liv n’avait pas dit son dernier mot et il n’était pas question pour elle d’accrocher son micro. Il y a un an et demi, nous apprenions qu’elle remettait l’épaule à la roue et qu’elle allait continuer seule sa route. Un album était alors déjà en préparation.

C’est ainsi que vient tout  juste de sortir « Follow Me » le premier disque solo de LIV SIN.

La production est assez pauvre et le mix est très mauvais. Quand on tente d’écouter le tout un peu fort dans de bons écouteurs, il y a une distortion horrible. On peut comprendre que le budget dont dispose ce genre d’artiste n’est pas élevé, mais même les albums de SISTER SIN qui devait avoir encore moins de ressource, ne sonnait pas aussi mal.

Pourtant, c’est Stefan Kaufmann et Fitty Wienhold qui co-réalisent le tout. Ils sont respectivement guitariste et bassiste du groupe U.D.O. Il faut croire qu’ils auraient dû rester derrière leurs instruments plutôt que de s’improviser producteur.

Dès que « The Fall », la première chanson, débute on entend tout de suite une différence marquée entre la nouvelle formation de Liv et son ancienne.  C’est beaucoup plus agressif et metal. Non seulement ça, mais le batteur fait usage de double bass drums, ce qui n’a jamais été le cas avec SISTER SIN. Par contre, la voix de Liv est la même. Aussi belle et aussi efficace.

Avec « Hypocrite », on poursuit dans la même veine. Dans le refrain de celui-ci, Liv répète à maintes reprises « Follow Me ». Intéressant qu’il s’agisse du titre de l’album et pas celui de la chanson.

Dès que « Let Me Out » démarre, la suivante, on reconnait bien le style que la chanteuse affectionnait dans son premier groupe. C’est accrocheur et vraiment plus accessible. Le genre de morceau que l’on pourrait retrouver dans la programmation d’une radio rock FM.

« Black Souls » et « Godless Utopia » sont beaucoup plus sombres et pesantes. Rien à voir avec « Let Me Out », mais il s’agit tout de même de 2 solides compositions. Sur ces dernières le chant de Liv est plus méchant. La tigresse sort les crocs.

Bien sûr avec ce genre de voix et ce genre de style, l’apparition d’une ballade ne nous surprend pas du tout. Liv nous avait habitué à cela avec SISTER SIN. C’est ainsi que « Endless Roads » s’ébranle. Toutefois, il y a tout même du muscle,  mais c’est enrobé de mélancolie.

Sur « Follow Me » Liv accueille 2 chanteurs invités. Le premier est Schmier, le chanteur-bassiste de DESTRUCTION; le groupe légendaire de thrash allemand.  « Killing Ourselves to Live » est un bon morceau et il poursuit dans la même mouvance que « Endless Roads ». Par contre, la voix de Schmier est si atténué qu’il aurait pu s’agir de n’importe qui. Pendant le refrain, c’est absolument flagrant. On se demande vraiment à quoi pensait nos 2 zigotos de U.D.O. 

Le second invité est un certain Jyrki 69 de la formation THE 69 EYES.  Il accompagne Liv sur « Immortal Sin » une reprise du groupe FIGHT, ancien groupe de Rob Halford. Cette fois, il s’agit d’un véritable duo et les deux vocalistes se partagent le travail. Au départ, le timbre de voix de Jyrki 69 est assez surprenant. Ça voix est excessivement basse et ça tranche complètement avec le frontman de JUDAS PRIEST. Par contre, Liv apporte un ton beaucoup plus haut perché. Même si la première écoute nous laisse un peu perplexe, c’est au final très réussit. Malheureusement, c’est la chanson la moins bien mixé de tout l’album et c’est vraiment dommage.

« Emperor of Chaos » et « I’m Your Sin » sont elles aussi dignes d’intérêt, mais ce n’est rien en comparaison de la pièce qui conclut le tout. « The Beast Inside » est absolument magnifique. Une véritable montée dramatique joussive. Avant que ça ne se termine, Liv donne tout ce qu’elle a. Ça vaut vraiment la peine de ce rendre jusqu’au bout et cela ne nous donne qu’une envie : remettre ça pour un autre tour!

Le premier album de LIV SIN est à la fois très réussi et raté. Le chapelet de chansons qui compose l’ensemble est excessivement solide. Il n’y a pas de bois mort et chaque pièce a sa place.  Malheureusement, la belle Suédoise aurait eu intérêt à se placer entre les mains de meilleurs réalisateurs et d’un meilleur mixeur.  Toutefois, ne la boudez pas pour cela et tentez de passer par-dessus cet inconvénient. En espérant que la prochaine fois, elle saura mieux s’entourer. Après tout, le dicton ne dit-il pas qu’on ne donne pas de perles aux pourceaux?

STEEVE LAPOINTE

Correspondant Montréal

Track Listing 

The Fall (3:38)

Hypocrite (3:39)

Let Me Out (4:17)

Black Souls (3:34)

Godless Utopia (3:56)

Endless Roads (4:02)

Killing Ourselves to Live (3 :57)

I’m Your Sin (4:20)

Emperor of Chaos (3:59)

Immortal Sin (4:41) (Reprise de FIGHT)

  1. The Beast Inside (5:09)

******

Membre du Groupe

Liv Jagrell – Chanteuse (depuis 2016)

Patrick Ankemark – Guitare (depuis 2016)

Per Bjelovuk – Batterie (depuis 2016)

Tommie Winther – Basse (depuis 2016)

Chris Bertzell – Guitare (depuis 2016)

Schmier – Chanteur invité sur « Killing Ourselves to Live »

Jyrki 69 – Chanteur invité sur « Immortal Sin »

>Site web : LIV SIN<

>Facebook : LIV SIN<

Check Also

ALESTORM – No Grave But The Sea

Ahoy ! Tout juste après la sortie du dernier volet de Pirates des Caraïbes au ...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close