Home / LIVE REPORTS / Melted Space, Diabulus in Musica et Leaves Eyes au Glazart (Paris)

Melted Space, Diabulus in Musica et Leaves Eyes au Glazart (Paris)

LEAVES EYESSamedi 24 octobre, au Glazart (Paris), le metal symphonique était à l’honneur avec pas moins de 3 groupes, Melted Space, Diabulus in Musica et la tête d’affiche, Leaves Eyes.

 Les Français de Melted Space, qui viennent présenter leur dernier album, « The Great Lie », entrent en scène les premiers. 4 chanteurs, 2 hommes et 2 femmes vont alterner voire superposer chants lyriques et gutturaux et le public est rapidement conquis. Front row, les visages affichent un sourire béat, envoutés par la gracile soprano Clémentine Delaunay, toute de noir vêtue. Les Melted Space sont heureux d’être là et le temps va passer très vite en leur compagnie. Ils sont très chaleureusement applaudis et quittent la scène à regret. Les amateurs du genre attendent certainement avec impatience de les voir en tête d’affiche.

Viennent ensuite les Espagnols de Diabulus in Musica dont c’est le premier concert en France. Quelques titres forts, une balade aussi durant laquelle je vois les couples d’amoureux se serrer un peu plus, puis un chant un peu folklorique avant lequel la chanteuse rappellera dans un très bon français les racines basques du groupe, le temps passe très vite en leur compagnie. Au clavier et chant, un beau brun s’éclate pour notre plus grand plaisir. Tout ceci finira par un headbanging collectif et c’est peu de dire que ces deux premiers groupes ont chauffé la salle à blanc. La tête d’affiche n’aura pas besoin de dégeler l’atmosphère !

Vers 21 h 00, au son du cor, deux guerriers portant casque, bouclier et épée se placent sur les côtés de la scène et les premiers accords de « Halvdan the Black » résonnent. C’est au tour de Leaves Eyes d’enchanter le public. Le chanteur, Alexander Krull, à la chevelure vraiment incroyable, envahit l’espace et vient régulièrement au contact du public. Avec sa voix death metal et sa carrure impressionnante, il forme un contraste intéressant avec la chanteuse à la voix aérienne, Liv’Kristine, tout sourire. Bottes noires à talons hauts, dentelle, corsage moulant, elle est tout simplement envoûtante. Les titres s’enchaînent, « Symphony of the Night », « Farewell Proud Men », « Hell to the Heavens », « King of Kings », « My Destiny » puis au rappel, « Elegy » et « Blazing Waters » avec un final en beauté, le chanteur, costumé à présent, venant pointer le public avec la lame de son épée.

Les amateurs du genre ont l’air comblés et quittent la salle à regret.

Merci à Base productions pour cette soirée magique placée sous le signe de la grâce, terme peu souvent associé au metal !

Cat pour Furieux

 

Check Also

Hellfest 2017, jour 3

Troisième et dernier jour du Hellfest 2017. Même si on ne tient plus debout, on voudrait que ...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close