Home / FESTIVALS / Live-report : Mennecy Metal Fest, 10 septembre 2016

Live-report : Mennecy Metal Fest, 10 septembre 2016

Pensez au schéma classique d’un concert de Metal. Le sol qui colle, les aisselles du voisin qui reniflent, les tympans qui vibrent, les basses qui remuent le ventre, ça y est vous y êtes ?

Maintenant, emballez le tout dans un parc champêtre jouxtant une salle de concert en plein milieu de l’Essonne un soir d’été Indien, sous l’égide d’un maire qui se porte comme le premier supporter de l’événement, et vous avez le Mennecy Metal Fest signant cette année sa cinquième édition avec une affiche puisée dans ce que la scène Metal française propose de mieux.

Hell of a Ride ouvre le bal à l’heure supposée d’une sieste bucolique mais ne nous en laisse aucune chance : On embarque avec le groupe dans son Aphrodisiac Cadiac pour un show à l’américaine de haute voltige qui sent l’essence et le rock’n’roll. Sa fougue séduit et entraîne, le groupe semble témoigner d’une longue expérience scénique et relève avec brio le challenge de chauffer une salle déjà à moitié pleine.

Quelques minutes pour apprécier le ciel clément et les différents stands placés en extérieur (bar, restauration, merchandising …) et l’on repart pour un tour de piste, cette fois entraîné par le groupe Wizzö qui délivre un hard-rock de qualité teinté d’un glam remis au goût du jour. La prestation est portée par un chanteur faussement androgyne mais nettement charismatique ainsi que des musiciens parfaitement chorégraphiés qui nous embarquent dans leurs mouvements.

Place maintenant à Artweg en mode rouleau compresseur prêt à passer sur le corps du plus circonspect d’entre nous. La sauce prend, le pit est sans dessus dessous et les hématomes se forment déjà sur les plus véhéments. Le groupe laisse une respiration entre chaque mandale métallique afin de communier avec le public et de lancer une vanne ou fesse à la volée.

Sound of Memories est un combo parisien qui transpire l’envie d’en découdre et d’élire domicile sur toute scène qui l’accueille. Malgré une sonorisation vacillante pas franchement à son avantage et des lumières parfois étouffantes, l’énergie de sa jeunesse se trouve accrocheuse et le groupe enveloppe la salle d’envolées death mélodiques savamment travaillées.

The Arrs sait se faire discret entre chaque album afin de revenir plus préparé que jamais à affronter les corps et les cris d’un public qui lui reste fidèle. Si sa réputation de showman n’est plus à faire, il est plaisant de voir le groupe faire bloc et déchaîner ses décibels avec ardeur. Le public est bouillant, le pit à l’envers, et l’on en oublie le temps qui passe …

« Bienvenue dans le monde de Misanthrope » nous annonce un frontman arrivant sur scène de manière théâtrale. Si l’on reconnaît que le groupe a le mérite d’afficher bientôt trente ans de carrière, sa musique est malgré tout en deça du reste de la programmation de la journée. Il enchaîne des morceaux relativement indifférenciables les uns des autres dans une monotonie physique bien dommageable. Gageons qu’en un autre lieu, à un autre moment, le groupe est à même de relever la barre !

Vincent, le chanteur du groupe AqME depuis bientôt cinq ans, est un monstre de charisme, une machine branchée sur le 220V qui donne un nouvel élan à un groupe arrivé à maturation au gré des années. Tantôt incisif tantôt mélancolique, AqME est mené par des musiciens de haut niveau sachant fédérer toute forme de public, même la plus réticente. La recette ? Enchaîner les hits (Pornographie, Superstar …) et les mêler à une setlist moderne et tranchante.

Et si Le Temps Assassine, il semble néanmoins préserver l’énergie brute de L’Esprit du Clan, qui après quatre ans de hiatus n’a rien perdu de sa superbe et de sa capacité à allumer le public. Bien qu’il ait de longues heures de musique dans les pattes, le métalleux de Mennecy est prêt à tout donner et accueille avec ferveur la nouvelle section rythmique de L’EDC.

Félicitations à Chris de l’association Kermhit Metal Asso, qui a remporté la guitare Lâg mise en jeu par tirage au sort de la tombola !

Mennecy, merci pour ton accueil et ta gentillesse, et à l’année prochaine !

 Texte : Lily / Photos : Cat Photographie (album complet du Mennecy Metal Fest ici)

Check Also

Hellfest 2017, jour 3

Troisième et dernier jour du Hellfest 2017. Même si on ne tient plus debout, on voudrait que ...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close