Home / INTERVIEWS / Otargos : L’interview « Xeno-Kaos »

Otargos : L’interview « Xeno-Kaos »

vvJP7ZwtqOtargos, c’est une quinzaine d’années au sein du Metal Hexagonal, servant dans son contenu un Black / Death futuriste et conceptuel. Suite à la sortie de leur sixième album « Xeno-Kaos » (Kaotoxin Records), chroniqué ici, Dagoth, membre central du groupe a répondu à nos questions.

• Pour ceux qui ne vous connaitriez pas encore. Qui est Otargos ?

Qui nous sommes ? De pauvres humains …

• Vous venez de ce qu’on pourrait appeler grossièrement la scène «True Black Metal ». On connait l’importance des codes de cette musique et d’une partie du public assez fermée. Est-ce qu’à travers l’évolution musicale du groupe ayant pris un chemin plus Death avec des petites connotations industrielles, les critiques des « fans hardcore » vous ont-elles touché ou fait douter à certains moments de votre parcours ?

Nous n’avons jamais revendiqué ni cherché à faire partie de la scène « true black », même à nos débuts. Notre musique était simplement plus traditionnelle à l’époque. De part notre éloignement avec l’idéologie et les registres habituellement abordés dans le black OTARGOS a toujours été la cible de nombreuses attaques, donc rien de nouveau de ce coté là, et pour être franc on s’en balance. Impossible de faire l’unanimité de toute façon. Les fans « hardcore » comme tu dis, fan de true black, à mon avis n’aimaient déjà pas le groupe … Donc nous n’avons rien perdu !

• J’imagine qu’il y a pu avoir quelques petits différents artistiques au sein des différents line-up au vu des changements de personnes qu’Otargos a pu connaître.

Oui et non en fait. Les membres du groupe ont toujours eu des goûts et des influences différentes mais étant seul compositeur j’ai toujours tout canalisé. Les changements de line-up sont survenus plutôt pour des raisons de manque de motivation, d’investissement. Nous étions ados quand le groupe a commencé … Difficile en 15 ans de garder le même line-up avec les changements de vies des uns et des autres.

HardForce-blog-60
• Pouvez-vous présenter les derniers arrivants de la formation ? Quel est le principal critère exigé pour aujourd’hui faire « vivre » Otargos ?

Manu et John, bassiste et batteur, ont intégré OTARGOS peu de temps après la sortie d’APEX TERROR. Le fait qu’ils jouaient déjà ensemble (DEMENTED) a pas mal apporté au groupe, que ce soit en puissance ou en stabilité. Le dernier arrivé en date est Hindrik, guitariste. Le principal critère je pense est l’implication et la motivation. Être le meilleur musicien du monde ne fait pas de toi le meilleur membre d’un groupe si tu ne t’implique pas et ne sacrifie pas une part de ton temps hors de la scène pour faire avancer ton groupe.

• Y-a-t-il des groupes, ayant eu un peu le même parcours que vous, même dans des styles éloignés, dont tu es amateur ou que tu respectes beaucoup ? Par leurs prises de risques ou qui ont complètement réussi à changer de visage ?

Évidement je respecte des groupes comme Satyricon par exemple qui ont su évoluer d’un registre primitif à quelque chose de beaucoup plus mature. Il faut être honnête avec soi-même et faire ce qui nous fait vibrer sans chercher à plaire ou à vendre. De toute façon le buzz pour le buzz ne marche pas. En tant que musicien et compositeur je ne conçois pas faire la même chose pendant 20 ans … J’ai besoin d’explorer de nouveaux registres et d’évoluer. C’est ce qui c’est passé au sein d’OTARGOS, et c’est pourquoi je m’investis dans de nouveaux projets parallèles qui n’ont rien à voir avec l’extrême.

• Dans ce qui entoure votre nouvel album, on peut noter votre changement de label allant de Listenable Records étant une structure assez « importante » à Kaotoxin Records étant relativement plus jeune. Etait-ce parce qu’à ce moment-là vous n’aviez pas d’autres choix possibles avec Listenable ou que quelque chose ne convenait pas à l’évolution du groupe ?

Notre contrat avec Listenable était arrivé à terme et nous voulions bosser avec un label plus proche de ses artistes aussi, KAOTOXIN était le choix idéal. Nous sommes satisfaits à 100% de son travail et ne regrettons absolument pas notre choix.

Otargos Dagoth• « Xenos-Kaos » est un album assez conceptuel, pouvez-vous nous parler de vos inspirations pour celui-ci ?

L’inspiration principale est l’univers de Warhammer 40 000. J’ai toujours voulu écrire un album sur ce thème. Au delà du wargame je suis fasciné par toute la littérature et l’imagerie que transporte W40K.
J’ai laissé libre cours à mon inspiration pour imager musicalement tout cet univers comme une sorte de bande originale de film. Pour les adeptes, inutile de préciser mon penchant pour le Chaos et les Tyranides …

• Votre intérêt pour la Science-Fiction et l’anticipation se ressent plus que jamais dans l’esprit de cet album, tout en étant en phase avec une certaine réalité (propre à chacun). C’est une exigence que vous vous imposez pour ne pas être trop « fantasque » dans votre propos ?

La question ne s’est jamais posée en fait. Je pense plutôt que cela vient du style utilisé pour l’écriture. J’écris de manière très imagée et directe qui matérialise très vite quelque chose dans l’esprit de celui qui lit . Je trouve que ça permet d’avoir plus d’impact et de cohérence avec la musique pour ne former qu’un seul bloc … Je travaille beaucoup pour que les textes soient en adéquation avec leur musique respective, une fois de plus comme une B.O.

• D’où vous vient cette passion pour ce genre d’univers ?

Du wargame à l’origine évidement car je jouais pas mal à l’époque, mais plus maintenant. J’ai toujours été passionné de science, de SF et de cosmologie, je retrouve tout ça dans W40K. j’aime croire en ce futur en fait.

• J’ai été assez frappé par la qualité de la production. Était-ce difficile d’arriver à ce résultat ou est-ce tout simplement un assemblage de bonnes personnes au bon moment sans forcément de calcul ?
Il faut bosser avec les bonnes personnes au bon moment c’est sur ! Le VAMACARA Studio a complètement et naturellement compris l’idée d’origine concernant la prod et le son qu’on voulait, du coups tout s’est fait naturellement. Il faut savoir accorder la prod en fonction de la musique !

• Il y a aussi un côté très immersif voire presque atmosphérique à certains passages, une certaine profondeur bien que l’on soit dans un registre de musique extrême et massif. Est-ce un élément important pour vous ?

Complètement, toujours dans l’idée de B.O. Je compose et travaille énormément sur les atmosphères et les sonorités, très peu sur la technique en fait, et ce n’est pas une mince affaire. Je vois chaque note ou rythmique comme une sensation, un sentiment, une image … Que ce soit pour un morceau lent et lourd ou pour une musique violente et rapide.

• L’expérience Regarde Les Hommes Tomber, et la rupture avec celle-ci, a-t-elle apporté un feeling différent à la manière d’aborder cet album ? Ou est-ce que vous mettez des barrières entre chaque projet dans lequel vous vous impliquez ?

Non il n’y a eu aucun impact sur OTARGOS, C’était vraiment deux projets distincts, musicalement et humainement parlant. J’ai quitté Regarde Les Hommes Tomber car leur nouvelle orientation, plus axé sur le black justement, ne m’inspirait pas du tout. Je ne mets pas de barrière mais je pense qu’il faut savoir ne pas tout mélanger pour garder l’identité respective à chaque projet.

• Trois mois après la sortie de « Xenos-Kaos », êtes-vous satisfait des retours ?

Plutôt oui ! Les retours sont vraiment bons, forcement ça fait plaisir !

TOX052CDX_art_box• Avez-vous des morceaux préférés dans cet album ? Ceux dont peut-être vous prenez le plus de plaisir à jouer sur scène ? Ou tout simplement l’atmosphère ou des souvenirs qui s’en dégagent.

Pour ma part les titres dont je suis le plus fier sont « THE REALM OF THE DEAD » et « DARK MECHANICUS », les deux morceaux lents finalement. Nous ne les jouons pas malheureusement en live, pas pour l’instant en tout cas, peut-être plus tard car je suis certain que ça peut être vraiment intéressant.

• Un petit mot pour nos « Furieux » ?

Merci pour ces questions ! Merci à tous ceux qui nous suivent depuis maintenant 15ans … Rendez-vous en Juin au Hellfest !

[Gwendal pour Furieux.]

Check Also

Interview de Baptiste, guitariste de Smash Hit Combo.

Plus besoin de présenter Smash Hit Combo, groupe alsacien formé en 2004, alliant rap, metal ...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close