Home / LIVE REPORTS / PERSEFONE + POEM + DATURHA à la Boule Noire (Paris)

PERSEFONE + POEM + DATURHA à la Boule Noire (Paris)

Vendredi 14 avril, la très jolie salle de la Boule Noire ouvre ses portes afin d’offrir une soirée attrayante : Persefone accompagné des Grecs de Poem pour leur septième date du « Aathma European Tour 2017 ». Les français de Daturha se joignent à eux à l’occasion de leur passage dans la capitale.

C’est donc à ces derniers d’ouvrir la soirée. Ce jeune groupe d’Ile de France nous offre un Metal énergique, avec une très bonne technique, mélangeant voix claire et growl de façon tout à fait maîtrisée. Une musique tout à fait efficace pour un début de soirée Metal Prog. Une bonne présence scénique, un public un peu timide, mais qui est tout de même bien réceptif à la vue des nombreuses têtes qui commencent à se bouger. Les quatre musiciens « headbanguent » avec une synchronisation des plus parfaite et visuellement étourdissant. A peine trente minutes de show pour les Parisiens, et c’est déjà l’heure pour eux de quitter la scène. Un set encourageant pour la suite des aventures de Daturha.

Changement de plateau et vient au tour de Poem d’occuper la scène, décoré d’un grand backdrop à leur effigie. Les cinq musiciens, d’origine grecque, nous envoûtent d’entrée de jeu par la superbe voix claire du chanteur. Celle-ci est accompagnée par les backs vocaux du batteur, subtiles et discrets. On découvre un groupe avec une technique imparable et d’une efficacité sans égal. C’est un univers intéressant que nous dévoile Poem, un Metal Progressif mêlant violence et douceur, haine, et amour. Bref, une musique très évolutive et complexe mais qui reste très cohérente du début à la fin.

Le groupe est très communicatif avec le public et prend de l’assurance au fur et à mesure que la setlist avance : Cela se ressent dans leur attitude.

Les cinq musiciens mettent leur dernier album à l’honneur, « Skein Syndrome », en jouant six titres sur les sept de la setlist. Sortit en mars 2016, cet excellent opus se révèle tout aussi bien à redécouvrir en live tant la performance technique des musiciens est plus que solide. Pour le dernier titre, « Remission of Breath », le vocaliste Georges Prokopiou rentre dans une transe, à genoux face au public. L’artiste se livre à travers une performance où l’émotion devient palpable. Un groupe attachant qui nous aura fait voyager pendant cinquante belles minutes.

Setlist de Poem : Passive Observer – Fragments – Giant – Desire – Bound Insanity – Weakness – Remission of Breath

C’est à Persefone de dompter la Boule Noire. Un line up formé de six membres, dont le très charismatique chanteur Marc Martins. Dès le début du set, le frontman est chaud bouillant, et tourne sur scène tel un lion en cage, regard foudroyant vers le public, à en avoir l’air presque possédé. A noter, une très jolie installation de lumières, avec un backdrop fait de leds, donnant une impression de ciel étoilé, collant parfaitement à l’univers de Persefone. Le set commence avec le cosmique « An Infinitesimal Spark », premier titre de l’excellent « Aathma », dernier opus du groupe sorti en février dernier. Le public ne met pas longtemps à se laisser emporter par l’énergie du chanteur,  qui n’hésite pas à aller dans la fosse. Une ambiance très familiale et intime s’installe entre le groupe et les spectateurs. Le chant est partagé entre le growl de Marc Martins et la voix claire du claviériste Miguel Espinosa : Un doublon fonctionnant à la perfection. Les musiciens sont dans une harmonie sans pareil, le chanteur ne cesse d’aller auprès des guitaristes et n’hésite pas à se retirer de la scène pour les laisser en avant pendant les apartés instrumentaux tel que sur l’incroyable « The Wind Book » de l’album « Shin-Ken » (2009) nous plongeant dans une ambiance très relaxante, très éloignée de celle du début du set des Andorrans.

Un retour du chanteur pour réveiller une fosse des plus émerveillée, lançant un circle pit dans lequel il viendra se joindre. Une traversée monumentale de près d’une heure trente qui se termine sur un titre de « Spiritual Migration ».

Setlist de Persefone : An Infinitesimal Spark – One of Many – Prison skin – Kusanagi – The Great Reality – The Water Book – The Endless Path – Spiritual Migration – Living Waves – The Wind Book – Purity – Cosmic Walkers – No faced Mindless – Fall to Rise – Flying Sea Dragons – Mind as Universe

Check Also

Hellfest 2017, jour 3

Troisième et dernier jour du Hellfest 2017. Même si on ne tient plus debout, on voudrait que ...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close