Home / LIVE REPORTS / Tankrust + Khynn + Teska à l’Espace Léo Ferré, Brest

Tankrust + Khynn + Teska à l’Espace Léo Ferré, Brest

Le 26 novembre dernier l’association brestoise Destrock invitait trois groupes à se partager la scène de l’espace Léo Ferré de Brest pour son 29ème événement.

Les franciliens de Tankrust ouvrent le bal avec un peu de retard sur le running order dû à quelques problèmes d’amplis rapidement résolus. Ceci n’empêche certainement pas le groupe de déballer toute sa bonne humeur et sa joie de jouer devant les spectateurs brestois, réputés pour leur accueil chaleureux. Leur puissant mélange de hardcore et de thrash soutenu par les growls variés et maîtrisés du chanteur, Guillaume, mettent tout de suite le public dans l’ambiance de la soirée qui s’annonce bruyante et énergique. Les compos s’enchaînent sans laisser de répit à l’audience et le set se termine alors que Guillaume invite le public à rejoindre le groupe sur la scène pour : « Mettre le bordel ! ».

Après une courte pause, le groupe Khynn, originaire de Besançon, s’empare de la scène. Le quatuor délivre un death mélodique quelque part entre Gojira et In Flames. Le combo nous démontre sa technicité à travers des compositions riches en rebondissement, alternant entre calme et violence sans fausse note. Le public headbangue au rythme de leurs breaks lourds, alors que sur la scène les membres du groupe affichent leur complicité et le plaisir qu’ils prennent à jouer pour Brest ce soir-là.

Arrive enfin Teska pour clôturer la soirée avec leur heavy thrash moderne. La formation ayant une importante fanbase sur Brest, la salle est plus remplie que pour les deux groupes précédents et la température monte d’un cran. On peut reconnaître dans la foule des personnes déjà présentes à leur concert au P’tit Minou deux semaines plus tôt. Cette fois-ci en possession d’une vraie scène, le groupe a tout le loisir de de se défouler et de jouer avec le public, le poussant à s’accroupir sur un passage calme montant rapidement crescendo pour mieux lancer un mosh pit. Guillaume, le chanteur, profite de l’espace offert par la salle pour lancer quelques walls of death. Sur la fin de leur set, la chaleur dans la salle devient presque insupportable et l’air frais à la sortie du concert n’est que le bienvenue.

Encore une fois, l’association Destrock a su proposer au public metal de Brest une soirée animée dans une bonne ambiance sur fond de bon son. Merci à eux et à tous leurs efforts pour faire vivre le metal à la pointe bretonne.

Check Also

Hellfest 2017, jour 3

Troisième et dernier jour du Hellfest 2017. Même si on ne tient plus debout, on voudrait que ...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close