Home / LIVE REPORTS / THERION au Trabendo (Paris)

THERION au Trabendo (Paris)

THERION

Est-il besoin de présenter Therion, groupe suédois de metal symphonique qui en a popularisé le genre ? Le groupe, actuellement en tournée, était de passage au Trabendo à Paris, le 18 janvier, pour reprendre ses plus grands succès devant un public enthousiaste même si la salle était loin d’être pleine. Difficile de remplir les salles en ce moment … Trois groupes se produisaient avant la tête d’affiche mais n’ayant pu arriver à l’heure j’ai malheureusement raté les deux premiers, Imperial Age et Ego Fall. Et pourtant, le groupe russe Imperial Age a visiblement fait impression. Le 3e groupe, Luciferian Light Orchestra (LLO), a une histoire quelque peu spéciale puisque c’est le fondateur et guitariste de Therion, Christofer Johnsson, qui en est à l’origine. Durant une vingtaine d’années, il a composé des chansons qu’il a laissées de côté car elles n’étaient pas dans la lignée de Therion. En 2015, sortie du premier album de LLO. A ce moment là, Jonhsson affirmait que le groupe ne se produirait pas sur scène. Pourtant, le 18 janvier au Trabendo, les amateurs du genre ont goûté au double plaisir Johnsson.

La délicieuse Mina Karadvic, chanteuse de LLO, heureuse de chanter à Paris, « sa ville préférée », a envoûté un public conquis. Le groupe va enchainer les titres de son unique album, un rock très seventies et mélodique. Les guitaristes portent des masques un tantinet kitsch à mon goût. La prestation est certes correcte mais je regrette de ne pas vibrer un peu plus. C’est un peu trop lisse, trop sage mais les amateurs ont l’air d’apprécier, c’est l’essentiel.

Changement de ton avec l’arrivée sur scène de Therion sur l’intro de 2001 l’odyssée de l’espace qui produit son petit effet. 3 voix sur scène : le baryton Thomas Vikstrom et les deux sopranos : sa fille Linnea, aux cheveux roses, et Chiara Malvestiti, à la longue chevelure rousse, drapée dans une robe somptueuse. Le groupe n’a pas de nouvel album à promouvoir et va enchaîner quelques uns de ses plus grands titres. Le mélange ou l’alternance des voix est efficace, les musiciens sont heureux de jouer, le public manifeste enfin sa joie et exulte même au rappel notamment sur les sucettes à l’anis (rappelons que le groupe a sorti un album de reprises de chansons françaises en 2012).

A souligner, la grande disponibilité des groupes après le concert, souriants, sympathiques, ils vont se prêter volontiers aux séances photos, dédicaces et conversations avec le public.

Cat pour Furieux

Merci à Garmonbozia Inc. et à  A Jeter Prom pour l’accréditation.

Set list LLO : Dr Faust on Capri – Church of carmel – Eater of souls – Where the Lilies Grow – Venus in flames – Taste the blood of the altar wine – A black mass in Paris – Dante and Diabaulus.

Set list Therion : Ginnungagap – Schwarzalbenheim – Nifelheim – Vanaheim – Melek Taus – The beauty in black – Invocation of Naamah – Cults of the shadow – The siren of the woods – Wine of Aluqah – Draconian trilogy – Black fairy – Mon amour, mon ami (Marie Laforêt) – Kings of Edom – The dreams of sweden borg – Lemuria – The invincible – Son of the staves of time ———The rise of Sodom and Gomorrah – Les sucettes (France Gall) – To mega Therion.

Check Also

ANVIL C’EST ANVIL! – ANVIL à MONTRÉAL

Tout métalleux qui se respectent n’ayant pas regardé le documentaire Anvil – The Story of ...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close