Home / CHRONIQUES / Yugal – Chaos & Harmony

Yugal – Chaos & Harmony

yugalAprès deux EP autoproduits (Illusion of Time en 2013 et Enter the Madness en 2014), Yugal a décidé d’accorder un soin particulier et du temps à la conception de son premier album : Chaos and Harmony.
Un intitulé ambitieux et grave, aux significations spirituelles profondes, comme ils l’interprètent eux-mêmes : « Le nom Yugal est issu de la langue tibétaine et exprime l’idée de dualité universelle, de couple. Rien n’est binaire, rien n’est ni tout blanc ni tout noir, tout est dans la nuance » ; « Le nom d’album « Chaos & Harmony » est inspiré de l’idée-même de Yugal. Il exprime deux éléments antagonistes de l’univers mais indissociables : le Chaos exprime l’absence d’ordre, de matière et de vie, le néant social ; l’Harmonie, de la Nature, de la Musique, de la Beauté, des choses quand elles sont justes. ». Lyrisme, interprétations capillotractées, et une cover sobrement malsaine… Leur musique saura t-elle effectivement suivre ces belles promesses ?

Aux premières écoutes, Chaos & Harmony n’est pas trop difficile d’accès. Le chant est bien mis en avant, les riffs sont efficaces et s’enchaînent bien, et l’ambiance orientale que le groupe tente d’instaurer se marie relativement bien à leurs morceaux (l’intro de « From This Day I Will Rise » amène par exemple une mélodie dans les tons orientaux pour ensuite être reprise dans le refrain par les guitares, accompagnées d’arrangements toujours dans les chaudes sonorités du désert).

Le Death millimétré, mécanique et glacial que l’on pourrait retrouver chez Decapitated ou Meshuggah disparaît complètement au profit d’un Metal Hardcore bien plus organique à la chaleur décuplée par les accents orientaux de leur musique, ainsi que dans leur production : le chanteur possède dans ses growls et mid-screams ces petites imperfections qui les rendent très naturels, très humains ; les différents instrumentistes sont vraiment mis en avant, notamment le bassiste, avec ses basslines rondes et hypnotiques.

yugal02

Il y a donc effectivement des morceaux très efficaces : « Heavy Mental » et sa cadence groovy, « From This Day I Will Rise » qui est parfaitement dans le thème de l’album, sûrement un des titres les plus réussis du disque, ou « Silence Is Golden » avec ses riffs écrasants à la Trepalium. Cependant, l’album souffre de quelques temps faibles (« Illusion of Time » par exemple, ressemblant un peu trop aux autres morceaux, lassant l’oreille, surtout après la bourrasque qu’est le final de « Dogma ») et surtout, le groupe n’affirme pas suffisamment ce qu’il essaye précisément d’apporter avec Chaos & Harmony.

Les sonorités orientales, qui sont vraiment un bonus et qui démarquent Yugal d’un énième groupe de Thrash/Death, manquent sérieusement à l’appel, et c’est dommage, voire même décevant. On les retrouve majoritairement dans les introductions et les interludes, afin de donner du relief à l’album, mais le groupe ne joue pas véritablement avec, à l’instar des tunisiens de chez Myrath ou du groupe israélien Orphaned Land. De beaux arpèges mêlés à la violence latente, des jeux de miroir entre les guitares acoustiques orientales et les grattes lourdes auraient pu magnifier certains morceaux, qui pour le coup perdent cruellement de saveur.

Deuxième point justifiant ce manque d’affirmation de la part du groupe : une malheureuse ironie flotte au sein de l’album. Le Chaos, sensé faire partie intégrante de l’esprit de l’oeuvre, ne saute pas aux oreilles, au contraire, l’album s’avère être trop sage. Pas de dualité entre riffs et refrains, pas de structures rythmiques alambiquées, pas de samples incongrus, pas un seul riff non-conventionnel. On sent que le groupe a une volonté de bien faire, de satisfaire, et attribuer une interprétation philosophique profonde à son travail permet de lui donner une légitimité, une seconde lecture bien plus intéressante. Pour « Chaos & Harmony », cela produit l’effet d’un pétard mouillé, puisque le groupe est tout de même resté dans une certaine zone de confort, en proposant une majorité de morceaux en 4/4, sans grande folie.

Yugal nous propose des morceaux efficaces, sous-couvert d’interprétations réfléchies et soignées, qui outre les paroles ne sont qu’un léger écran de fumée. Un début toutefois prometteur, car malgré ce cafouillage, les différents musiciens se sont investis dans ce projet, y ont mis du coeur et de la volonté, et c’est ce qui prime au bout de plusieurs écoutes. Malgré tout ce que l’on peut penser durant l’écoute, notre tête ne peut s’empêcher d’osciller d’avant en arrière, et au final n’est-ce pas gage de morceaux qui fonctionnent ? Espérons que le groupe apprenne de ses erreurs, pour proposer un prochain opus qui touchera unanimement les curieux. A suivre, donc…

 

Tracklist :
01 – Khamsin (02:03)
02 – Once Upon A Lie (04:47)
03 – Heavy Mental (02:37)
04 – From This Day I Will Rise (04:34)
05 – Dogma (04:14)
06 – Illusion Of Time (03:57)
07 – Interlude (01:00)
08 – Silence Is Golden (03:32)
09 – Lost Mind (04:04)
10 – Chaos & Harmony (06:44)

>(Facebook) Yugal<

 

Check Also

LIV SIN – FOLLOW ME (Despotz Records) 

En 2015, le groupe SISTER SIN annonce que c’est maintenant terminé et les membres mettent ...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close